Ajouter aux FavorisEnvoyer à un ami
Presse
 
Vign_P1010525_copie

Par Claude BOUQUET

Le poète de la famille

  

Sur un fil de funambule

tendu invisible sorti de quelque bulle

sur quelque scène inconnue

le bras de la danseuse dans un halo rouge et noir

mouline l'arabesque d'un trait vert

à une jambe de fil noir

les talons se joignent dans le bleu

brûlant d'un feu rouge et jaune

les pas se multiplient jusqu'à la dernière trace noire

Le geste est apparence

il est le vent et la pluie à la fois

lui qui dérange les lignes établies

mais par qui ?

Peut-être la main vicieuse du peintre

caché lâchement derrière son pinceau 

qui seul touche les corps qu'il crée par procuration

et cisèle des bonds des voltes des entrechats des pointes

que la couleur rapporte en notes dissociées

un seul corps gracile surgit qui en devient six

toujours semblable et toujours différent

risquant la chute à chaque esquisse

de la jambe de la danseuse

et de la main du peintre

Il reste l'improbable immobilité du mouvement

qui saute pourtant et retombe

à travers la frontière du réel

comme la vision d'une lanterne magique

Et dans les entrelacs des lignes

quelque dieu embusqué

se gorge de la danse rituelle

qui fascine nos regards

 
a






















a